Comment se retourner contre un expert comptable ?

Les litiges liés à des défauts prouvés ou non, les comptables sont de plus en plus fréquents, les frais augmentent, les erreurs comptables, les erreurs qui ont causé des blessures au professionnel, les erreurs sur le « social » de l’entreprise qui a causé un conflit social avec les employés…

Mais nous trouvons aussi les sujets de conflit tels que :

A lire aussi : Comment utiliser le logiciel SAP ?

Retards dans l’émission et la livraison des bilans, erreurs dans la rédaction des contrats de travail, lettres de mission non soumises ou non mises à jour, augmentation des honoraires de l’expert comptable à la fin de l’année, factures supplémentaires du comptable, ajustement dû à des erreurs techniques du comptable.

Les litiges contre les comptables sont en hausse, de plus en plus « experts » professionnels ne se laissent plus dicter leurs actions, et ne sont plus sous « infusion » sans demander des comptes…

A voir aussi : Quels sont les leviers de la motivation des salariés ?

Le comptable a des obligations et des devoirs et respecte les mêmes règles établies par le Code de commerce que vos prestataires de services.

Néanmoins, votre expert évolue dans le cadre d’une profession réglementée, il y a des choses à savoir et différentes méthodes à utiliser pour se défendre et gagner l’affaire.

Comme tous les fournisseurs, le comptable doit vous informer de ses honoraires, la mauvaise surprise à la fin de l’année est terminée !

Quant aux erreurs du comptable ? Si vous avez subi des dommages, un gain manqué, une perte d’exploitation, une perte de chance qui vous aura permis d’obtenir une situation plus favorable s’il ne l’avait pas commis, ne laissez pas vos dommages impunis !

Tous les professionnels doivent être responsables, et pour rendre simple le comptable n’est pas exempté de ses devoirs et obligations, si de l’expert ont causé un préjudice et que ce dommage a un lien de causalité à son action… Il devra répondre, réparer, payer ou facturer moins… et vous vous devez la même exigence avec le comptable qu’avec tous les professionnels autour de vous.

Nous pouvons vous informer, mais attention, vous avez aussi des obligations et les devoirs…

ONDPME & Conso a traité de nombreuses réclamations techniques et approfondies et litiges concernant les obligations du comptable, il y a beaucoup de cas sur ces litiges, les cas de résolution aussi… Les recours à l’amiable, les médiations et le traitement précontentieux permettent très souvent d’être convenus sans passer par le tribunal de la boîte…

(…)

Le mot de l’ « AVOCAT de rue » de ONDPME & Conso

Il n’existe pas de modèle préétabli de défense contre les litiges et les conflits liés aux erreurs des comptables, mais nous aborderons certains des principaux principes qui peuvent vous éclairer, sur les approches passées et sur le terrain.

Il n’est pas question de jeter honte à une profession, il y a tant de bons professionnels consciencieux néanmoins nous sommes bienveillants et pas complaisants envers ceux qui violent les règles du commerce…

ONDPME & Conso intervient auprès de vous pour vous informer sur vos droits et vous accompagnent dans vos efforts.

Personnellement, lorsqu’un comptable a échoué par négligence, que, lors de l’étude du dossier, je perçois caractérisé des fautes contractuelles ou délictuelles qui ont causé la perte de l’argent et créé une relation préjudiciable entre les deux parties.

Lorsque ce même expert, multiplie la hauteur prise en se justifiant lui-même de sa connaissance et de notre manque de connaissance.

Les possibilités sont multiples :

L Arbitrage , le médiation , le conciliation , le négociation , le Droit collaboratif , le actions collectives , qui peut même aller jusqu’à clauses contractuelles anticipation ou résolution quand il s’agit de, comme mesure préventive pour éviter ou résoudre les différends qui peuvent survenir et tout cela bien avant le procès ! !

Voici une liste exhaustive de nos spécialités : les modes alternatifs de résolution des litiges !

Le idée générale n’est plus vous laisser le faire, vous êtes maître de votre entreprise, de votre activité, vous devez savoir, savoir, comprendre comme un professionnel vous n’êtes pas un consommateur lambda, si nous acceptons qu’un professionnel est profane dans certains domaines, les professions de comptabilité de la gestion est de votre responsabilité, même si vous externaliser ce travail à un expert.

La règle : en tant que professionnel aucune zone d’ombre devrait vous démobiliser, vous devez vous forcer à investir les lieux et prendre la place qui est la vôtre.

Dans les cas où l’expert a commis des erreurs et ne les admet pas, des mesures doivent être prises.

Dans tous les cas de litiges contre des comptables, sur des sujets extrêmement incontestables, nous proposons de commencer par la boîte consultative de l’ordre des comptables.

Créé par l’ordonnance de 1945 et sous la supervision du Ministère de l’économie, des finances et du budget, l’Ordre des comptables agréés est chargé de gérer et de faciliter la réseau de comptables. Les missions de l’Ordre des Comptables sont de représenter, défendre tout en restant le garant de l’éthique de la profession vis-à-vis du monde économique, disent les États-Unis.

Donc, avant d’engager d’autres actions, j’ai mis l’expert en question devant « ses pères » lettre de réclamation de plusieurs pages à l’accusation (la couleur est annoncée, je laisse le conditionnel aux avocats) avec une copie largement distribuée à tous les membres supérieurs de l’Association des comptables dans le but de informant en grande partie l’indécatessale dont notre député a été victime et qui ne restera pas sans réponse.

Que le comptable qui a commis une faute, sache, ses erreurs ne passeront pas inaperçues, et nous aborderons dès le départ en faisant une réclamation au conseil de l’ordre dont dépend l’expert.

« Un « ordre » met ses troupes en ordre… ou il change de nom » The Street Lawyer

Ce travail de formalisation de la plainte est une base réelle avant aux diverses possibilités qui nous seront offertes, c’est ainsi fait avec beaucoup de sérieux.

Il s’agit d’un inventaire chronologique, thématique, dans le seul but de faire entendre à l’auteur des fautes ce qui est critiqué et le préjudice subi par notre membre.

Pour le passage au conseil de l’Ordre, on peut imaginer qu’il n’est pas agréable pour l’expert en question de passer devant son « conseil de l’ordre » ; notre bonne ou mauvaise médiation ne sera pas coincée avec une mauvaise « presse », ce qui n’est pas le cas de la partie adverse…

Néanmoins, ne comptez pas sur elle, le conseil de l’Ordre, n’est pas le vôtre ou le nôtre, c’est en effet que des comptables, ils vont essayer de débattre de l’éthique quand vous voulez parler d’argent, d’honoraires, de litiges… ils peuvent revendiquer l’incompétence dans la plupart des sujets qui vous intéressent…

Je me souviens que le médiateur du conseil des experts comptables d’aquitaine m’avait dit au milieu de la session, que cette nomination ne pouvait pas traiter des questions concernant les honoraires, que cette médiation n’avait pas compétence en la matière, je lui ai répondu à la volée :

« Vous ne voulez rien entendre sur les frais ? ? Eh bien, je vais toujours vous en parler, parce que si nous parlons d’éthique, l’aspect de la relation à l’argent en fait partie, votre profession n’est pas philanthropique comme je le sais ? Pour comprendre le dossier et ses aspects moraux, nous devons aborder dans son ensemble et non en tronquant la réalité, en excluant les sujets malheureux et matériels, donc je me permets de me concentrer précisément sur les frais… »

L’approche de revendiquer au conseil d’administration de l’ordre des experts comptables est intéressante car elle permet d’avoir un médiateur et de discuter des sujets lorsque la relation est rompue et cela peut permettre dans certains cas de trouver des solutions.

A cette fin, il y a un rapport de établi, avec les souhaits de chaque partie… Il ne s’agit pas d’un « chèque en blanc », mais plutôt d’une formalisation du débat et des positions de chaque fête. Il est intéressant d’inclure toutes les informations qui ont été échangées.

Vous comprendrez, si tout le monde est resté dans sa position, la « balle revient au centre » et il n’a rien servi, voulez-vous me dire… ?

Mais pas vraiment, si psychologiquement vous avez signifié à la partie adverse que maintenant vous ne lâcherez pas de quoi que ce soit, d’ailleurs accompagné par nous, les débats sont argumentés, judiciarisés voir incisif et médias… Et si le comptable vous a fait subir des redémonstrations pendant ses missions, le renversement des rapports de pouvoir est toujours une bonne chose dans la négociation.

En ce qui concerne les affaires des députés que j’ai eu à traiter, nous trouvons souvent les mêmes sujets :

-Sur le devoir d’informer, d’avertir, d’exiger et de refuser du comptable.

Et les conséquences malheureuses pour les professionnels quand l’expert blesse son « travail »…

– L’absence de la lettre de mission de l’expert. La lettre de mission est O B L I G A T O I R E depuis 2013 ! Cette lettre indique notamment les missions et, surtout, les honoraires de l’expert.

Alors quand les honoraires des experts sont révisés corrigés, augmentés, planifiés par là et explosent dessus… sans notification, sans lettre de mission, pas d’annonce tarifaire…

C’est inacceptable et absolument interdit.

Le professionnel des nombres, qui oublie de dire à son client, combien cela coûtera ? On pense qu’on rêve ? Autant à vous dire, que dans ces types de différends et de différends, il est de notre devoir organisationnel de rappeler la loi, les obligations et les devoirs.

« FAIS CE QUE JE DIS, PAS CE QUE JE FAIS »

-Défauts concernant le devoir d’information et de conseil de l’expert perte de chance et les gains manqués.

En l’espèce, la High Court considère que l’absence d’informations précontractuelles, reconnues comme défectueuses, est indemnisable en cas de perte de chance, étant donné que la personne à qui l’information était due n’aurait probablement pas commis lui – même ou à des conditions plus favorables s’il avait été dûment informé.

Nombreux cas relatifs aux compétences exclusives d’experts, qui ont été des fiascos.

ONDPME & Conso a récemment eu à traiter une affaire en 2017 ; un cabinet comptable national, composé d’agences sur tout le territoire, cette firme a commis une erreur d’information et de conseil lors de la restructuration de l’entreprise dont elle assurait les intérêts (fusion d’actifs partiels), sans entrer dans les détails techniques, le action de l’expert avait gagné le professionnel de perdre son exemption de charges pour tout son personnel… Le professionnel était en URBAN FREE ZONE… abracabra… l’expert passe… l’exemption de frais de la ZONE LIBRE URBAN sauts ! !

Un SCANDALE, une perte d’exploitation inacceptable.

Vous vous rendez compte de la catastrophe pour le professionnel qui a vu son coût de main-d’œuvre augmenter considérablement du jour au lendemain et les conséquences financières.

Autrement dit, l’expert n’a pas vérifié les informations avec l’URSSAF, il a bien facturé ses honoraires exceptionnels pour assurer la restructuration de l’entreprise d’un point de vue interne, mais n’a pris aucune sécurité, ni les informations auprès des services sociaux de l’Etat afin de déterminer si la restructuration qu’il a mis en place, n’allait pas démanteler les avantages fiscaux de la professionnel.

Ici la négligence a coûté de l’argent à l’entreprise.

En charge du dossier, voici ce que l’expert m’a répondu :

« Euh ah oui c’est ennuyeux, nous avions tort, mais je ne le savais pas, c’était un sujet non pour moi, je pensais que l’avocat verrait, je n’étais pas seule… il y avait aussi l’avocat… et puis je n’ai pas prévenu mon service social aussi… Tu étais pressé, c’est après que j’ai appris… enfin tu comprends… Je n’étais pas seule… »

Mais où voyons-nous ce genre de scène dans les affaires ? Dans le commerce, où le délinquant se nettoie, les factures, l’argent… fait perdre de l’argent à sa victime… puis s’en va !

Mais il y a d’autres cas de litiges :

-Droit de rétention des pièces abusives qui ont entraîné un gain manqué ou une perte de chance

Droit de conservation = Si vous ne payez pas le comptable, il peut conserver les registres comptables etc… comme tout pouvoir le droit de rétention a été fait pour s’assurer que l’expert est bien établi, ce qui est finalement une bonne chose.

Mais quand vous êtes au courant de vos paiements, voir votre comptable tenir des bilans ou des SRG parce que vous l’avez « branché » le mois précédent, ou si vous avez changé de comptable et qu’il est contrarié, c’est absolument douteux !

Et ONDPME et Conso savent comment leur rappeler que

« Toute grande puissance implique des responsabilités »

Pour conclure, nous pouvons vous informer sur les étapes à suivre et vous conseiller sur l’information et les précautions de sécurité qui permettraient d’éviter ces situations dans lesquelles chacun est ramené à ses devoirs et obligations ; les experts ont des assurances pour assurer les dommages qu’ils causent, la responsabilité civile professionnelle est obligatoire pour chaque expert comptable, néanmoins nous devons défendre le dossier avec des experts récalcitrants d’un côté et l’assurance toujours prête à vous indemniser le moins possible de l’autre, mais notre service juridique accompagne et représente ses membres avec ferveur et un une certaine force d’impact, si vous nous confiez votre cas.

Pour plus d’informations, envoyez-nous un message dans la section « besoin de conseils » notre service juridique vous répondra très rapidement.

D’autres objets à ne pas manquer !

  • Litige avec votre comptable
  • Obligations d’un comptable
  • Les devoirs d’un comptable

Mots-clés permettant aux internautes de trouver cet article :

  • Expert
  • Comptable
  • Litiges
  • contrat
  • Droit
  • Obligations
  • Devoirs

Vous pouvez également nous rejoindre sur facebook

ARTICLES LIÉS