Comment se déclarer trader indépendant ?

Le métier de trader est de plus en plus attirant. Les différentes plateformes font assez d’effort pour rendre l’activité accessible à tous. C’est désormais une porte de sortir pour des milliers de personnes au chômage ou en difficulté financière. Ceux qui s’y lancent ont toutefois du mal à faire leur déclaration. Si c’est votre cas, voici quelques pistes pour vous aider à déclarer votre activité en tant que trader indépendant.

Pour les travailleurs et les étudiants à temps plein

Il n’est quasiment pas possible de lier le métier de trader à une activité à plein temps. Quelles que soient vos années d’expérience, vous devez passer plusieurs heures par jours devant votre écran pour les différentes analyses. Dans ce cas, si vous désirez vous déclarer, il est mieux d’opter pour le statut d’« investisseur indépendant ».

A voir aussi : Quels sont les avantages qu’offre le coworking ?

Ce faisant, vous stipulez juste que vous être une simple personne qui investit de manière intelligente. Il n’est pas question d’opter pour un statut particulier. Tout ce que vous aurez à faire serait de déclarer vos plus-values chaque année, sur vos feuilles d’impôts.

Lorsque vous commencez comme investisseur indépendant, vous pourrez choisir de payer le prélèvement forfaitaire de 30 %. À défaut de ce paiement, le trader peut opter pour un prélèvement social et un impôt sur le revenu. Afin de réduire les impositions du fisc, on recommande d’investir dans une assurance-vie ou dans un PEA.

Lire également : Comment s'habiller pour un rendez-vous amoureux ?

Pour les actifs à mi-temps

Être actif à mi-temps est l’une des meilleures occasions pour commencer à trader. Ici, le trader a une activité génératrice de revenue qui ne lui prend que la moitié de la journée. L’autre moitié est réservée aux activités de trading. Parlant de fiscalité, ce dernier pourrait se déclarer selon deux cas.

Si les revenus du trading sont inférieurs à ceux de votre activité principale, il faudrait déclarer les plus-values comme un simple particulier. Vous êtes libre de choisir le prélèvement forfaitaire de 30 % ou plutôt une tranche d’IR cumulé à 17,2 % (prélèvements sociaux). Que vous investissez sur le Forex, sur des CFD ou des actions, l’imposition est identique.

Si les revenus du trading sont plus élevés que ceux de votre deuxième activité, le fisc considérera le trading comme votre activité principale. Ceci pourrait être avantageux si vous choisissez le bon régime d’entrepreneur. Opter pour l’Entreprise individuelle est sans doute la meilleure solution. Renseignez-vous sur les spécificités qu’implique ce statut.

Pour les personnes sans activités

Ici, les personnes sans activités sont les retraités, certaines catégories de chômeurs et ceux qui bénéficient d’une année sabbatique pour commencer le trading. On vous recommande d’attendre de trader pendant au moins une année avant de vous déclarer ou non. Lorsque vous êtes perdant, vous pourriez arrêter cette activité. Dans le cas contraire, deux principales solutions s’offrent à vous.

L’alternative la plus probable est la voie du « fiscal nomad ». Lorsque vous êtes expatrié, vous devez respecter les normes régies dans votre pays d’accueil. Généralement, la fiscalité est plus clémente dans les autres pays qu’en France, mais soyez vigilant.

L’autre solution est de voyager constamment. Si vous ne faites pas plus de six mois dans un pays, vous n’êtes pas obligé de payer d’impôts. Cependant, une imposition pourrait intervenir si vous bénéficiez de certains services. Par exemple, si vous possédez une société domiciliée ou une boîte postale fonctionnelle, il est possible que vous ayez à payer des impôts malgré tout.

Et le statut d’auto-entrepreneur ?

Comptez-vous vous déclarer en tant d’auto-entrepreneur ? Si tel est votre objectif, sachez que vous ne pourrez pas l’atteindre. En effet, le statut d’auto-entrepreneur n’est pas destiné aux traders. Quels que soient vos revenus, votre année d’expérience et vos diplômes, il est quasiment impossible de bénéficier de ce statut.

La meilleure alternative pour le statut d’auto-entrepreneur est celle d’Entreprise individuelle (EI). Notez que ce statut implique plus de responsabilités. Vous serez en effet comme une entreprise et non comme une microentreprise. Les formalités administratives seront donc plus complexes. Vos implosions d’impôt et de cotisation sociale seront également élevées.

POURQUOI PAS DEVENIR METATRADEUR ?

Vous avez désormais toutes les informations concernant les procédures pour se déclarer en tant que tradeur indépendant, de ce fait, on peut vous proposer de vous parler des métatradeurs. En soi, en choisissant de devenir métatradeur, vous bénéficierez toujours du statut de tradeur indépendant, seulement, vous exercerez votre activité sur le web. Afin d’en savoir plus à ce sujet, vous pourrez bénéficier de plus de conseils sur flowbank.com.

Devenir métatradeur comporte des avantages dont les tradeurs standards ne bénéficient pas. En effet, le métatrading s’exerce sur le web, donc sur une plateforme. De ce fait, vous pourrez toujours avoir accès à des informations en temps réel grâce aux algorithmes de la plateforme, c’est le grand avantage de trader en ligne. Ainsi, vous pourrez plus facilement comprendre le cours du marché et investir intelligemment, étant donné que vous aurez accès à toutes les données pour bien investir. De plus, le deuxième grand avantage de trader sur une plateforme, c’est que vous pourrez bénéficier de conseils si vous en avez besoin. Des professionnels du milieu sont à votre disposition pour vous aider et pour vous diriger, afin que votre activité de metatradeur puisse être rentable.

ARTICLES LIÉS